... qu'on ne réussit qu'une fois sur 5, sans trop savoir pourquoi.

Alors le gâteau battu, c'est quoi? C'est une sorte de brioche hyper légère, hyper aérée, trop méga bonne. L'origine de ce gâteau, c'est la région d'Abbeville dans la Somme.
Pourquoi ça s'appelle comme ça? Parce que pour que ça soit léger, il faut faire rentrer un max d'air dans la pâte, et pour faire rentrer un max d'air, il faut bien remuer la pâte, et pour bien la remuer, il faut la BATTRE avec la main. C'est assez compliqué à décrire, y'a un mouvement spécial... que je ne maitrise pas car pauvre de moi, je fais mon gâteau battu avec mon robot (mais avant je le faisais à la main, avec des résultats tout aussi aléatoires donc encore plus déprimant).

La dernière fois que j'ai réussi un gâteau battu, c'était fin avril 2011. OK j'essaie pas souvent mais j'ai bien essuyé 3-4 échecs depuis. Donc la semaine dernière quand je me suis lancée dans la énième confection de gâteau battu, c'était la tentative de la dernière chance. Cette fois-ci, j'avais de la levure de boulanger fraiche et pas de la sèche en sachet (répéter ça 10 fois très rapidement, excellent exercice de diction), c'était bien le dernier paramêtre que je pouvais changer. Et voici le résultat:

IMG_8872IMG_8873

IMG_8874
La recette est assez longue, préparez-vous: Délayer 25g de levure dans un peu de lait tiède (attention si c'est trop chaud, ça va tuer la levure). Mettre 300g de farine dans une terrine ou dans le bol du robot, ajouter au centre 5 oeufs en omelette, 6g de sel (1,5 cc) et 150g de sucre. Mélanger et ajouter la levure délayée. Incorporer progressivement en gardant une certaine élasticité à la pâte. Pétrir pendant 15 minutes relativement fort (avec la main à plat si vous le faites à la main). Incorporer 175g de beurre ramolli et continuer de pétrir pendant 15 minutes ou jusqu'à ce que la pâte se décolle du récipient (je suis sûre que vous avez mal au bras, rien que de le lire...). En vrai, c'est hyper rare que la pâte se décolle!!! Ensuite, verser dans un moule à gâteau battu sur 1/3 de la hauteur (donc on peut faire 2 gâteaux avec ces proportions). Couvrir avec un linge humide pour pas que le dessus de la pâte ne sèche et laisser monter ... et ça prend DES HEURES. Pour accélérer un peu, je mets les gâteaux dans mon four et je fais tourner à 40° pendant 20 minutes, puis j'éteins le four et j'attends... 12h. C'est le temps qu'il a fallu cette fois-ci pour que la pâte atteigne presque le bord du moule. Ensuite, j'ai mis 15' à 170° et 15' à 155° (en gros c'est 30' à four moyen mais bon c'est pas très précis).


Donc voilà, c'est super méga trop bon, mais vous avouerez que c'est un poil plus prenant qu'une brioche à réaliser. Amélioration pour la prochaine fois: j'ai rajouté pas mal de farine pour aider à ce que la pâte se décolle du récipient mais j'aurais pas dû en rajouter tant, les gâteaux étaient bons mais beaucoup trop tassés pour être digne de l'appellation Gâteaux Battus. Enfin, ils ont monté, j'ai donc énormément progressé par rapport à ma précédente tentative.

Moral de l'histoire: le jour où j'ai fait ces gâteaux battus, mes parents sont revenus du marché avec un gâteau aux amandes pour le p'tit dej et l'Homme est rentré du boulot avec... une brioche pour le p'tit dej. Hemmm.

 

Sinon, la rentrée des mouftons s'est super bien passée. En bons parents indignes, on a complètement oublié de faire une photo souvenir. Et pire du pire, on ne savait pas que le goûter n'est pas fourni aux enfants des écoles élémentaires (pour un même tarif de garde que la maternlle, cherchez l'erreur...). C'est la 1ère et unique chose que le Bilou nous ait raconté de sa 1ère journée au CP: "Heureusement qu'un copain a partagé son goûter parce que j'avais rien à manger!". Trois jours après, il continue à avoir faim suite à la carence provoquée par cet "oubli"...